En ajoutant des nano-particules à l’eau, les suédois ont réussi à améliorer de 60% son pouvoir refroidissant. Les applications industrielles sont potentiellement nombreuses.

On le sait, la climatisation et le refroidissement de sites industriels ou commerciaux (on pense bien sûr aux data centers, véritables cerveaux de l’Internet ou encore aux industries lourdes) consomment beaucoup d’énergie. Une équipe de recherche a néanmoins trouvé un moyen d’améliorer le potentiel de l’eau comme « refroidissant ». Une nouvelle application des nano-particules qui pourrait changer la face de l’industrie, qui en Europe consomme jusqu’à 7% de son électricité à des fins de refroidissement.

Si les nano-technologies ont pu faire polémique, sur leur utilité ou sur les effets supposés de leur petite taille (un milliardième de mètre, pour être précis), voici de quoi nous convaincre de leur potentiel. L’eau utilisée pour refroidir les moteurs, machines et autres pièces en mouvement dans nos appareils quotidiens, peut être optimisée par l’adjonction de nano-particules. Celles-ci augmentent la conductivité thermique de l’eau, soit son potentiel d’absorption de la chaleur des éléments avec lesquels elle entre en contact.

C’est une équipe de recherche du Royal Institute of Technology de Suède qui a levé les derniers obstacles, en parvenant à maintenir séparés les nano-éléments de l’eau (sinon, les deux se mélangent et il n’y a plus de nano-particules) et à choisir les éléments qui améliorent le mieux la conductivité (de 6 à 8% du mélange total). Le recours aux nano-particules pourrait donc, dans le cas des data-centers qui constituent les centres nerveux de l’Internet, permettre d’installer plus de serveurs dans une surface donnée sans avoir pour autant à ajouter de gourmands climatiseurs.

http://terresacree.org/

Posts similaires:

Be Sociable, Share!