Ferme d'hydroliennes Sabella

Des hydroliennes exploitent les courants sous-marins

Des ventilateurs géants au fond des océans ? Non, il s’agit d’hydroliennes, des machines qui convertissent le courant marin en courant électrique.

Le temps des prototypes et des expérimentations semble derrière nous. En décembre dernier, alors qu’il clôturait les assises de la mer , le Premier Ministre annonçait la création d’une grande plate-forme technologique sur les énergies marines à Brest et un budget de 100 millions d’euros pour l’ensemble des Énergies Marines Renouvelables, ces technologies qui transforment la puissance de l’océan en électricité. Parmi celles-ci, les hydroliennes, qui exploitent les marées comme les éoliennes le vent.

Le fonctionnement est simple : une turbine est installée au fond de l’eau au large des côtes. Ses pales sont orientées de façon à entrer en rotation grâce au courant des marées. Comme avec une dynamo de bicyclette, le mouvement est converti en électricité convoyée jusqu’au réseau ou à un transformateur au moyen d’un câble sous-marin.

Pour le premier prototype français, la puissance peut varier de « 200 à 500 kW selon le site d’implantation mais l’électricité est produite 24h/24« , explique-t-on chez Sabella, l’entreprise bretonne qui l’a mis au point.


Sabella, l’hydrolienne de la société Hydrohélix
envoyé par mairiedequimper. – L’info video en direct.

Et le procédé est en bonne voie. Sabella a testé pendant un an avec succès un prototype au large de Paimpol. Elle devrait en tester un second, cette fois raccordé au réseau, d’ici la fin du mois de juillet.

Tandis que l’hydrolienne expérimentale de Sabella, faisait 3 mètres de diamètre, sa prochaine turbine en fera 10, et inaugurera l’exploitation industrielle de l’énergie des courants marins.

hydrolienne dcns

Un autre chantier est lui mené par la société Irlandaise Openhydro; il s’agit là d’une ferme pilote d’hydroliennes immergée au large de Paimpol et Bréhat pour le compte d’EDF avec une première hydrolienne posée en mars 2011 puis quatre autres un an plus tard.

Baptisés Orca ou megawattforce , d’autres projets d’hydroliennes géantes devraient également voir bientôt le jour.

Selon Jean-Luc Achard, directeur de recherches au CNRS, le potentiel hydrolien de notre pays serait de l’ordre de 2,5 à 3,5 GW, un ordre de grandeur comparable à la production éolienne actuelle.
Et si on alliait vent et marées ?

Pour tout savoir sur les hydroliennes

Crédit Photo 1 : Sabella Energie Inc

Posts similaires:

Be Sociable, Share!