L’être humain utilisé comme source d’énergie renouvelable…

Source : Jernhusen

Depuis quelques temps, hausse des prix des ressources fossiles aidant, les ingénieurs se sont soudainement rappeler que l‘énergie est partout autour de nous et pas seulement dans le gaz, le pétrole ou le charbon… La Terre nous fournie gratuitement de l’énergie renouvelable (vent, chaleur, eau…). Mais si on se rappelle bien de nos cours de sciences, l’être humain délivre 24/24 h de l’énergie naturelle et renouvelable sous forme de chaleur. Nous sommes actuellement 6,5 milliards d’êtres humains à dégager au moins 100w de chaleur en continu par personne… Je vous laisse calculer le potentiel énergétique de ce système.

Le plus compliqué dans ce concept, c’est de récupérer cette énergie pour la transformer en chaleur ou pour en faire de l’électricité.

C’est justement autour d’un café bien chaud que Karl Sundholm, ingénieur suédois en génie civil chez Jernhusen (entreprise publique suédoise de gestion immobilière) a eu l’idée en 2007 de récupérer la chaleur de la gare centrale de Stockholm pour contribuer à 25% au chauffage d’un nouveau bâtiment de 40 000 m2 (pour comparaison, Tour Montparnasse : 90 000 m2). Ce bâtiment appelé Kungsbrohuset doit être finalisé cette année.

En effet, en hiver dans la gare, la température au sol est maintenu à 20°C, alors que tout en haut, sous la verrière, la température peut grimper jusqu’à 35°C. Le gestionnaire de la gare est régulièrement obligé d’ouvrir les lucarnes pour faire échapper la chaleur… Dommage.

Sachant qu’environ 200 000 voyageurs par jour passent dans la gare centrale (175 000 voyageurs par jour à la Gare Montparnasse), il y a de l’énergie à revendre si on peut dire…

Source : Kungsbrohuset

Concrètement, l’énergie accumulée sous la voûte de la gare est aspirée par un système de ventilation puis transmise à un échangeur thermique qui lui-même va transmettre ses calories au circuit de chauffage et d’eau chaude sanitaire du nouveau bâtiment adjacent. C’est tout simplement le principe de la pompe à chaleur qui est exploité ici. Comme une partie de la plomberie était existante, l’investissement nécessaire pour l’installation était donc réduit à 21 000 euros. Autant dire, pas grand chose à côté des 100 millions d’euros nécessaire pour la construction du bâtiment. Les coûts de chauffage sont donc réduits de 20% par rapport à une installations classique.

Cette construction est d’ailleurs passive et écolo-vertueuse par de multiples aspects : fibre optique pour capter et redistribuer la lumière du soleil, bornes de rechargement électrique, électricité d’origine renouvelable, extinction automatique des appareils électriques lorsqu’on sort d’un bureau, etc. A ce propos, il sera le premier bâtiment écologique à cumuler trois systèmes de classification différents.

++ Brochure de présentation

Posts similaires:

Be Sociable, Share!