Stocker l’énergie éolienne par air comprimé.

L’énergie éolienne a fait une percée incroyable dans le système de distribution électrique grâce à d’énormes installations de plus de cent mètres de haut. Mais son avenir pourrait se jouer en sous-sol.

Dans les mines abandonnées de l’ouest américain, des entreprises tentent de convertir les mouvements intermittents de l’air en une puissance constante, qui pourrait remplacer le charbon.

Les installations de stockage d’énergie éolienne utilisent des compresseurs pour stocker l’électricité produite quand on n’en a pas besoin. L’air, pompé dans de grandes formations souterraines, peut rendre un grand pourcentage de l’énergie qu’il a reçu : comme la vapeur d’eau d’une centrale, il fait tourner une turbine en sortant de son antre, ce qui créé de l’électricité. Voici un exemple simple, dans la vidéo suivante :

La seule et unique installation de ce type a été construite aux Etats-Unis en 1991, et même si la technologie n’a pas décollé, il est maintenant démontré qu’elle fonctionne. De nos jours, en combinant une énergie éolienne bon marché et le stockage d’air comprimé, on pourrait créer un nouvel acteur de poids dans le marché de l’électricité.

Pendant l’année, la consommation d’énergie utilisée fluctue, mais reste tout le temps au-dessus d’un certain niveau. Pour répondre à ce besoin, les fournisseurs d’électricité achètent de l’énergie stable, venant souvent des centrales à charbon ou du nucléaire, l’épine dorsale du réseau électrique.

L’électricité dont ils ont besoin pour répondre aux pics de demande est générée par le charbon et le gaz naturel. Quand le vent souffle, l’énergie éolienne est la moins chère. Si on arrivait à la rendre plus constante, plus prévisible, elle pourrait remplacer les centrales au charbon.

Cette problématique signe le grand retour du stockage d’air comprimé.

Au cours des quatre derniers mois, quatre projets de ce type ont obtenu un nouveau financement. En décembre, les droits sur un projet attendu depuis longtemps à Norton, dans l’Ohio, ont été achetés par First Energy. Le projet de Norton pourrait stocker 2,7 gigawatts, l’équivalent de 2 réacteurs nucléaires, dans une mine de calcaire abandonnée.

Crédits photo : wired.com

Posts similaires:

  • Des sphères pour les éoliennes marines
    Sujets traités > Constance, Fraunhofer, Jean-Michel Germa, La Compagnie du Vent, Matthias Puchta, MGH, StEnSea, stockage

  • Les multiples énergies d’Hikari
    Sujets traités > Bouygues Immobilier, changement de phase, cogénération, colza, Dawid Hillien, Hikari, Kengo Kuma, Lyon Confluence, Setec bâtiment, stockage, Toshiba

  • Quoi de neuf cette semaine ? # 50
    Sujets traités > bois de chauffage, Ceres, éoliennes, géocooling, hydrolienne, Paimpol-Bréhat, Recyclage, solaire, stockage, Suisse, vote citoyen

Be Sociable, Share!