Le projet Degrés Bleu par la Lyonnaise des Eaux…

Source : lemoniteur.fr

C’est ce que nous propose la Lyonnaise des Eaux avec sa solution de chauffage appelée « Degrés bleu » (expression tiret d’un poème de Rimbaud). En effet, à priori, il n’est pas très avenant de laisser penser qu’on exploiterait les eaux usées des égouts pour se chauffer à la maison… Habillé du nom d’un poème, ça aide à sublimer le principe…

Concrètement, la Lyonnaise des Eaux exploite en France le brevet de la société Rabtherm dont cette dernière a déjà expérimenté la technologie en Suisse, en Allemagne, en Autriche et aux Etats-Unis.

Son fonctionnement simple est une déclinaison astucieuse des pompes à chaleur (PAC). En effet, pour chauffer un bâtiment sans énergie fossile, on a le choix (après avoir correctement isolé) d’installer une PAC en géothermie ou en aérothermie.

En milieu urbain et dense, la géothermie est compliquée par manque d’espace au sol et l’aérothermie propose des rendements moins bons.

Donc, plutôt que de capter les calories dans l’air, dans le sol ou dans les eaux souterraines, l’idée des ingénieurs est tout simplement de capter les calories présentes dans l’eau usée des égouts. Cette eau possède une température comprise entre 12 et 20°C selon les saisons et les secteurs.

Source : lesechos.fr

Pas d’inquiétude, cette eau n’est pas pompée et renvoyée dans nos radiateurs. Il s’agit tout simplement de capter, par transfert thermique, l’énergie présente dans l’eau usée pour la transmettre dans un circuit comportant un fluide caloporteur.

Ce fluide passe dans une PAC qui va réchauffer l’eau circulant dans nos systèmes de chauffage, à une température classique comprise entre 50 et 70°C. Ce système permet également d’alimenter des bâtiments en eau chaude sanitaire et est réversible (climatisation en été).

Concernant le coût d’installation et de fonctionnement de ce système, celui-ci est très variable selon les projets. Mais, le fabricant précise que si le coût d’installation est élevé, son coût de fonctionnement, en revanche, lui est plutôt faible. Le retour sur investissement est réalisé entre 5 à 10 ans et peut être raccourci selon l’augmentation du coût des énergies fossiles et les subventions accordés au projet.

Ce principe est une matérialisation du concept du Cradle To Cradle développé par l’architecte et styliste industriel William McDonough et le chimiste allemand Michael Braungart.

Ils exposent leur théorie selon laquelle un monde efficient et vertueux est un monde qui, comme dans la nature, sait exploiter ses déchets comme des ressources (boucle fermée). Cette théorie peut s’appliquer à l’agriculture, au commerce et à l’industrie… comme nous le prouve « Degrés bleu ».

++ Vidéo du système

Posts similaires:

Be Sociable, Share!