1474210

Dans les gadgets en prévision, je m’étais déjà arrêté sur des lentilles de contact qui permettaient de faire de la réalité augmentée… J’ai récemment découvert  un autre type de recherche : des scientifiques de Standford ont travaillé sur des implants électroniques destinés aux personnes perdant leurs photo-récepteurs sur la rétine.

Mais comment ceci fonctionne-t-il exactement ?

– Les scientifiques de Stanford ont découvert que la même infime quantité de lumière qui nous permet de voir permettait au système de fonctionner. Ainsi, une quantité infime de lumière infrarouge à la base permet à la fois de fournir la puissance nécessaire et aussi toutes les informations nécéssaires pour que l’implant fonctionne.

L’implant ?

– C’est un appareillage tout léger, aussi petit que des lentilles, de 3mm de large sur 30 µm d’épaisseur. Il est conçu comme une matrice miniature de cellules solaires. Techniquement, il est placé derrière la rétine et fait parti d’un système qui combine une caméra, un miniPC pour traîter les images, et un écran lumineux (qui fonctionne donc en infrarouge) placé sur des lunettes « vidéo ».

L’image prise par la caméra, traitée par le miniPC, et renvoyée dans les lunettes à une longueur d’onde de 900 nanomètres qui produit alors assez d’électricité dans la puce.Techniquement complexe, mais simple sur le principe : travailler sur des récepteurs photovoltaïques pour compenser par la lumière et traiter des patients qui perdent la vue progressivement. Bien sûr, la vision ne serait pas parfaite, mais les scientifiques prévoient que la quantité d’énergie d’une prothèse photovoltaïque serait suffisante pour reconnaitre des visages et lire de grosses polices.

Encore au stade d’embryon, on ne sait quand cette technologie pourrait être disponible.

++IEEE

Posts similaires:

Be Sociable, Share!