Les 3000 membres de la tribu amérindienne du pueblo Jemez sont sur le point de construire la première centrale solaire américaine sur les terres tribales, un projet qui pourrait rapporter des millions de dollars.

Selon les experts, exploiter le soleil, le vent et l’énergie géothermique sur les terres indiennes pourrait générer le même type de richesse que de nombreuses tribus ont accumulée avec les machines à sous et les tables de blackjack.

Le site de 12 hectares où 14850 panneaux solaires seront installés a été sélectionné, après quatre années de planification et de négociations ardues, et un contrat pour vendre à l’extérieur l’électricité produite est à portée de main. L’usine serait capable de générer assez d’électricité pour alimenter environ 600 maisons.

Le projet – qui coûterait environ 22 millions de dollars (15,3 millions d’euros), financé par des subventions publiques, des prêts et des crédits d’impôt – pourrait apporter environ 25 millions de dollars au cours des 25 prochaines années. Cela pourrait aider la tribu à améliorer son réseau d’eau potable et de traitement des eaux usées.

L’énergie renouvelable est une nouvelle option pour générer des recettes en terre indienne, où de nombreuses communautés sont frappées par la pauvreté et le chômage, qui y est souvent le double du taux national. Le pueblo Jemez intervient après que le gouvernement fédéral en 2008 ait rejeté une demande de construction d’un casino, au motif suivant  » le site proposé était trop loin de la communauté « .

Les tribus indiennes contrôlent plus de 22 millions d’hectares de terre aux Etats-Unis, et ces terres sont capables de produire 535 milliards de kilowatts/heure d’électricité par an à partir de l’énergie éolienne, selon le Département américain de l’Energie. Le solaire est encore plus prometteur avec 17 billons de kilowatts par an (!), soit plus de quatre fois la quantité d’électricité produite annuellement aux Etats-Unis.

De 2002 à 2008, le programme d’énergie des tribus a financé près de 100 projets pour un total de 16,5 millions dollars (11,5 millions d’euros). Une loi fédérale de 2005 autorise jusqu’à 20 millions de dollars pour ce programme chaque année.

L’une des principales tribus a été la nation Campo Kumeyaay, près de San Diego. Elle abrite une ferme de 50 mégawatts, et la tribu s’est associée avec la San Diego Gas & Electric Co. pour la construction d’un deuxième parc éolien capable de produire 160 mégawatts. Les parcs éoliens des concessions poussent comme des champignons dans le Midwest.

Malgré tout, le développement de l’énergie solaire sur les terres indiennes en est à ses balbutiements. Alors que de nombreuses tribus utilisent des panneaux solaires pour les casinos et les habitations, le puebo Jemez ouvre la voie au développement d’un réseau de panneaux solaires destinés à la vente à des clients extérieurs.

Les experts disent que la demande en énergie renouvelable aux Etats-Unis va continuer à croître alors que le gouvernement essaie de réduire les émissions de gaz à effet de serre, et les tribus indiennes pourraient y jouer un grand rôle, et mettre un terme à des siècles de misère économique et culturelle.

(Source : Christian Science Monitor)

Crédits photo : http://farm1.static.flickr.com

Posts similaires:

Be Sociable, Share!