carbon-428x590

La réutilisation du carbone est une option intéressante et attirante. Le recyclage du CO² fait l’objet de nombreux programmes de recherche et occupe notamment la société Carbon Sciences, qui estime que  « 30% de la demande de carburant pourraient être atteints d’ici à 2030 par la transformation de 25% des émissions de CO2 des centrales au charbon ».

Pendant des décennies, les industries de pétrole et de gaz ont eu recours à la capture du carbone en tant que méthode pour améliorer la récupération du pétrole et du gaz. Toutefois, ce n’est que récemment que le dialogue entourant la capture du carbone est passé d’un outil de récupération à une solution potentielle pour l’environnement.

Certaines des approches connues pour le recyclage du CO2 au recyclage du combustible comprennent: la photolyse directe, qui utilise l’énergie lumineuse pour rompre les atomes d’oxygène de CO2. Le CO2 réagit chimiquement avec l’hydrogène pour créer du méthane ou du méthanol. Ces approches d’ingénierie classiques nécessitent d’importantes quantités d’énergie, ce qui fait penser qu’elles ne seront pas économiquement viables pour alimenter le transport mondial en carburant.

Basée à Santa Barbara, en Californie, Carbon Sciences développe une technologie permettant de recycler les émissions de CO2 dans l’essence et autres combustibles. A l’intersection du génie chimique et de l’ingénierie, la société met au point un processus pour répondre aux besoins en carburant de la planète. Comme le processus se produit à basse température et basse pression, moins d’énergie est nécessaire que pour les autres approches.

Cette technologie est basée sur la transformation moléculaire directe du CO2 et de l’eau en molécules de carburant. Les carburants qui en résultent sont moléculairement identiques aux carburants qu’on trouve à la pompe. La différence entre les carburants produits avec cette technologie et ceux du pétrole est que le carburant est fabriqué à partir des émissions de CO2 des infrastructures existantes au lieu d’être pompé hors de terre.

Avec une prévision de plus de 43 milliards de tonnes d’émissions annuelles de CO2 d’ici à 2030, il y a – bien malheureusement –  une offre abondante de matières premières renouvelables disponibles pour produire des carburants pour la consommation mondiale et réduire les émissions liées au pétrole.

Posts similaires:

Be Sociable, Share!