UME2X8-555x590

Valoriser deux fois l’eau de source? C’est le pari réussi de deux communes des Alpes-Maritimes, Saint-Etienne-de-Tinée et Auron, grâce à l’énergie hydroélectrique. En installant une toute petite centrale hydroélectrique, elles ont modernisé leur alimentation en eau potable tout en générant de l’électricité et donc des revenus.

Une première en France.

La nouvelle centrale s’appuie sur l’ancien réseau d’alimentation en eau potable des deux communes, mis en place en 1976. L’idée était alors de capter l’eau de sources situées à 2000 mètres et de la distribuer à 1600 mètres. Avec ce système, l’eau descend avec une pression de 70 bars.

Une turbine de 200 kW  a été ajoutée à la conduite d’alimentation en eau potable avec un alternateur pour fournir de l’électricité. La force de l’eau permet d’approvisionner les deux communes en eau potable mais également de produire de l’électricité injectée dans le réseau public et revendue à EDF. La production annuelle a été évaluée à 1 750 000 KWh, ce qui correspond à la consommation électrique annuelle hors chauffage de sept à huit cent habitants.

Le projet, d’un coût total de 587.000 euros a été financé en partie par le Conseil général, le Conseil régional et l‘Union européenne. La centrale devrait rapporter  100.000 euros par an en revendant son surplus. La rentabilité de l’installation est prévue à six ans.

La petite hydroélectricité, et les « pico-centrales » hydroélectriques, sont non seulement faciles à construire (la technologie date du 19e siècle), vous pouvez construire votre installation vous-même (okay, il faut être bricoleur) et générer suffisamment d’électricité pour alimenter un châlet, par exemple.

Posts similaires:

Be Sociable, Share!