roadTrain-753192

Comme son nom l’indique, un train routier est un concept où un véhicule sert de « moteur« , les autres se contentant d’être dans son sillage, sans toutefois utiliser des rails.

L’idée est intéressante, surtout pour diminuer les consommations de carburant
.
Un projet de recherche européen travaille actuellement sur le développement de ce concept, où chaque « train » pourrait contenir jusqu’à 8 véhicules, voitures, autobus et camions pouvant être mélangés. Les enjeux sont multiples :  pouvoir diminuer à la fois la consommation de carburant, les temps de trajets, et aussi les embouteillages.

Un véhicule de tête servirait de  guide et serait conduit par un chauffeur professionnel qui gèrerait son « train ». Les véhicules dans son sillage seraient ainsi guidés, autorisant les conducteurs  à ne plus regarder la route, à lire un livre ou regarder un DVD.

Le projet répond au doux nom de SARTRE (SAfe Road TRains for the Environment) et est destiné aux véhicules effectuant de longues distances en essayant aussi d’y greffer des véhicules commerciaux.

Imaginons donc un conducteur qui voudrait se rendre jusqu’au point X. Il lui suffirait de rentrer sa destination finale dans un GPS. Celui-ci lui indiquerait le « train » le plus proche. L’automobiliste n’aurait ensuite qu’à s’approcher en queue du train pour que son véhicule prenne le relai via des communications radios. En approchant du lieu d’arrivée, les véhicules autour s’écarteraient alors que le conducteur reprendrait la main sur la conduite.

Sartre02hi

Tom Robinson, qui coordonne le projet précise que le but est « d’introduire un changement radical dans les méthodes de transport. » « Nous cherchons à comprendre comment organiser des transports en mode peloton sans pour autant induire de changements fondamentaux sur les autoroutes« .

road-train

Au regard des solutions techniques, mettre des capteurs sur les routes serait un investissement trop lourd. Tous les véhicules seraient donc équipés de leur propre système de contrôle via des communications radios à distance. Toutes les informations envoyées seraient ainsi agrégées pour que le conducteur du véhicule de tête comprenne ce qui se passe pour tous les véhicules satellites.

L’objectif affiché est donc de rendre ces pelotons actifs, permettant à des véhicules de s’insérer ou d’en partir quand nécessaire. Mr Robinson parie même qu’un jour le conducteur qui rallierait un train routier pourrait payer le service de se faire conduire sans effort.

SARTRE va donc se dérouler sur 3 ans. Les partenaires sur le projet effectuent actuellement les recherches pour identifier tous les éléments nécessaires pour qu’un tel système fonctionne en toutes situations.

Il y a aussi des éléments comportementaux à prendre en compte, car les automobilistes n’aiment pas se retrouver entre des camions, et la notion de sécurité doit être primordiale.

D’ici 3 ans, ce sont donc des essais grandeur nature qui seront réalisés sur les routes « test » d’Angleterre, d’Espagne et de Suède. Ils prévoient aussi de tester en condition réelles (en condition de trafic réel) ce système sur les routes espagnoles. Les essais devraient confirmer une diminution de la consommation de carburant d’au moins 20%,  tout comme les émissions de CO2.

Posts similaires:

Be Sociable, Share!