Vous rêvez d’une piscine mais vos convictions écolos vous empêchent de passer à l’acte ? Voici la solution : l’étang de baignade, autre nom donné aux piscines naturelles.

Ces piscines s’intègrent parfaitement dans le paysage et ce sont les plantes qui font tout le boulot !

Leur action biologique évite l’emploi de chlore, sels et autres agents algicides utilisés dans les piscines classiques.
Votre piscine prendra la forme et la taille de votre choix en fonction de vos goûts, de votre surface de terrain et…de votre budget.

La construction se fait en fonction du terrain. L’emplacement de votre piscine est important. Il doit être suffisamment grand, au minimum 100m².
Les constructeurs s’inspirent largement des contraintes naturelles et de l’écosystème déjà présent. La configuration du terrain est toujours prise en compte (pentes, buissons, petits rochers…) et intégrée dans les plans.
A vous de définir l’ambiance qui vous plaît le plus pour recréer un décor naturellement apprivoisé, écologique et sain.

Les étangs de baignade sont séparés en deux zones :

  • l’une entourée de galets et de plantes antibactériennes qui sera votre espace de baignade
  • l’autre constituée de plantes filtrantes profondément enracinées.
  • Il faut compter en moyenne une surface de baignade de 30 à 40m² mais les 2 zones peuvent également communiquer dans certains cas.

    Les principes de la filtration biologique sont assez simples : les matières organiques apportées dans l’eau par les baigneurs, le vent ou les déplacements sont transformées par les bactéries en minéraux.

    Ces minéraux son ensuite assimilés par les plantes disposées dans le bassin de filtrage. Cet équilibre biologique est optimale jusqu’à 28 à 30°, au-delà, les plantes stoppent leur croissance mais ne périssent pas pour autant.

    Si vous souhaitez une eau claire et limpide, il est préférable de ne pas mettre de terre dans les zones de filtration, ce qui implique de faire les bons choix de plantations dès les premières étapes de la construction.

    La température de l’eau du bassin de baignade est bien sûr liée à l’ensoleillement qui va chauffer l’eau. Mais ce sont également les galets disposés dans le bassin de régénération qui emmagasinent la chaleur et vont ensuite la restituer.

    Cependant, plus la température de l’eau monte, moins l’eau est oxygénée. Il est donc important de maintenir ce taux d’oxygène avec l’installation de cascades afin de brasser l’eau régulièrement.
    Si vous n’habitez pas une région très ensoleillée, il est possible d’installer un système de chauffage avec des panneaux solaires.

    Le coût d’une telle piscine varie en fonction de sa taille et des matériaux utilisés. Il faut compter en moyenne entre 40 000 et 80 000 euros, mais ce coût est compensé par un entretien réduit (taille des végétaux une fois par mois environ) et un faible coût énergétique.

    Crédits photo : typhas.fr

    Posts similaires:

    Be Sociable, Share!