L’idée de voiture électrique est réservée à un certain type de transport. Voilà ce qu’on pourrait dire au jour d’aujourd’hui. Des voitures pour urbains qui ne se soucient guère du design ou des performances, avec un faible rayon de déplacement. Mais cette idée est à reléguer au siècle dernier. Il faut dire que ça fait plusieurs années que les constructeurs nous font miroiter des modèles sexy à nos yeux et sexy aux yeux des écolos. Même si force est de constater qu’on ne voit toujours rien venir. Les projets de véhicules 100% électriques produits à plus ou moins grande échelle ont prévu d’aboutir durant les 3-4 prochaines années. Du moins, c’est ce que nous disent en coeur les Renault, Volkswagen ou autres PSA.

En attendant, s’il y a bien un créneau où on imagine vraiment mal une voiture électrique, c’est celui de la sportivité et de l’exclusivité. Et pourtant !

Ca se passe en Californie, une région du monde en pointe sur les « clean techs » (technologies propres) où la marque Tesla commercialise un bolide, le Tesla Roadster, pour la bagatelle de 114 000$. Pour le coup, vous comprenez quand je dis « exclusif ». Ce n’est pas pour rien si des célébrités sont déjà clients tel que Leonardo di Caprio ou les fondateurs de Google, Sergey Brin et Larry Page.

En voyant les photos, il faut avouer qu’elle a de la gueule cette Tesla et qu’elle impressionne: 0 à 100km/h en 3,9s !

Et la marque accumule les records puisque son bolide a par exemple franchi tout récemment en Australie les 500km d’autonomie avec une seule recharge ! à l’allure certes de 55km/h en moyenne. Mais il est clair que ce type de prouesse démontre que le haut de gamme favorisera les progrès techniques afin de permettre leur diffusion par la suite sur les autres segments de voitures. En attendant, Tesla Motor est déjà rentable avec un premier bénéfice de 1 million de dollars pour 20 millions de dollars de chiffres d’affaires en juillet dernier.

Prochain challenge pour Tesla : la commercialisation d’une berline toujours 100% électrique, le model S. Objectif de prix de vente : autour des 40 000$, date de sortie: 2011.

Enfin, devinez quoi ? La marque débarque en Europe puisque le constructeur s’apprête à inaugurer le 24 novembre prochain une 3e concession, après l’Allemagne et l’Angleterre, à Monaco.

Faudra-t-il dire adieu à terme aux ronronnements si agréables des Ferrari et autres Bugatti ?

Crédits photo : http://www.bio-life.fr

Posts similaires:

Be Sociable, Share!