biofuel

Vu dans l’excellent Clean Technica : le Massachusetts Institute of Technology  travaille sur une variante du bacille de la tuberculose. Selon les chercheurs, ces bactéries friandes de sucres produisent des lipides utilisés pour la production de biocarburants.

En plus de sa quasi-similitude avec la tuberculose, la  Rhodococcus est en effet connue pour son appétit pour un grand nombre de toxines. Mais contrairement au fameux bacille, qui tue près de 2 millions de personnes par an dans le monde, elle est parfaitement innofensive. L’équipe du MIT l’a modifiée pour s’intéresser uniquement au glucose et au xylose.

Maintenant que les bases sont posées, le MIT va travailler pendant les deux prochaines années à l’amélioration des rendements.

Posts similaires:

Be Sociable, Share!