C’est peut être un détail pour vous, mais quand on parle d’avion solaire, il faut avoir en tête un élément fondamental : le fait que les avions solaires existants ne sont pas conçus pour stocker de l’énergie et doivent donc atterrir en cas d’ensoleillement insuffisant (nuages ou nuit)…

Malgré eux, ils mettent donc en évidence les limites de l’énergie solaire… D’autres projets ont pour but de faire voler des drones solaires télécommandés ou des avions munis de moteurs à hydrogène. Pour montrer le formidable potentiel des énergies renouvelables, Solar Impulse ambitionne de placer la barre beaucoup plus haut : faire voler un pilote jour et nuit sans aucun carburant.

Mais comment réussir une mission de ce type quand on sait qu’avec les technologies et rendements actuels, chaque mètre carré de cellules photovoltaïques n’est capable de fournir à l’hélice que 28 watts en continu sur 24 heures, soit l’équivalent d’une ampoule électrique ? En d’autres mots, comment un avion peut-il voler avec l’énergie consommée par une vitrine de supermarché ? Impossible sans une optimisation de l’avion dans son ensemble et sans une réduction drastique de sa consommation énergétique.

Seul un appareil d’une envergure démesurée par rapport à sa légèreté pourrait voler suffisamment lentement pour se contenter de l’énergie à disposition : 63 mètres pour 1600 kg et 75 km/h! Les ingénieurs de Solar Impulse ont donc dû développer grâce à de nouvelles technologies un type d’avion totalement inédit, dans lequel tout est nouveau, tout est différent : aérodynamique, structure, méthodes de fabrication, forme de propulsion, domaine de vol …

C’est donc un défi d’envergure que Bertrand Piccard s’est fixé : arriver à faire le tour du monde avec un avion solaire. Le projet, baptisé « Solar Impulse » tend à pouvoir éprouver les dernières meilleures technologies en matière de solaire et d’aviation pour montrer au monde qu’un rêve à la Jules Vernes peut parfois se réaliser.

Mais le tour du monde n’est pas pour tout de suite… Pour l’heure, un premier prototype, le HB-SIA a été construit pour entrer en phase de tests sur l’automne 2009.  Cet avion prototype « brut » a  un tableau de bord réduit à l’essentiel. Son cockpit ne sera pas pressurisé, ce qui limitera la hauteur de vol à 8500m. Pour l’équipe du Solar Impulse il s’agira de trouver le bon compromis entre consommation d’énergie, poids, performance et contrôlabilité. Son but n’est pas de tenter le tour du monde et sa configuration ne le permettrait pas. Il est donc essentiellement construit pour valider les résultats théoriques envisagés, tester ce nouveau type d’aérodynamisme, et montrer qu’on peut emmagasiner assez d’énergie le jour pour arriver à voler un cycle de nuit.

2010 devrait ainsi permettre de tester ces premiers vols de nuit, en réalisant des cycles de 36 heures (jour-nuit-jour). Concernant le tour du monde, il est prévu pour 2012, avec un nouvel avion cette fois. Ce dernier devrait tenter plusieurs cycles de 24 heures, et traverser l’atlantique avant de tenter le tour du monde.

++ Solar Impulse

Posts similaires:

Be Sociable, Share!