poulet

Les poulets ont du mouron à se faire. La production de volailles, qui engendre plus de 3 millions de tonnes de plumes chaque année aux Etats-Unis, pourrait être le futur de l’industrie automobile.

C’est l’avis de deux chercheurs de l’université du Delaware, qui ont découvert qu’on pouvait transformer des plumes de poulet en carburant pour piles à combustible. Si cette technologie était mise en place dans une voiture à hydrogène, son coût serait selon cette étude de 200$ (137€), contre 30.000$ (20500€) pour le système actuel le plus performant, à base d’hydrure métallique.

Annoncé pendant la conférence annuelle de la chimie et l’ingénierie verte, le système permet de stocker de l’hydrogène dans des plumes de poulet carbonatées.

La production de masse de véhicules alimentés par des piles à combustible est considérée comme impossible à l’heure actuelle car personne n’a encore trouvé de système pour stocker et produire l’hydrogène efficacement et à moindre coût.

Erman Şenöz et Richard P. Wool ont découvert qu’en chauffant des fibres de la partie centrale de la plume, des nanotubes de carbone poreux se formaient, ce qui permettrait d’absorber et de stocker de l’hydrogène.

Même si cette découverte pousse à une certaine euphorie, ne vous attendez pas faire le plein de plumes dans un futur proche : la technologie est encore loin d’une commercialisation.
A cause de la densité très faible de l’hydrogène, des voitures qui utiliseraient le système de Şenöz et Wool devraient faire des pleins de 300 litres pour une autonomie de 450 kilomètres. Un considérable effort d’optimisation est encore nécessaire.

Via

Posts similaires:

Be Sociable, Share!